Pilule contraceptive : une ordonnance à tout prix?

Pilule contraceptive : une ordonnance à tout prix? La réponse est oui! Mais pourquoi une ordonnance à chaque fois alors que mon traitement est continu?  ?

Sous contraceptifs (pilule, anneau, patch, implant,…) depuis un certain temps, les cycles s’enchaînent, les années se suivent. Ma contraception fait partie de mon quotidien. Me rendre chez le médecin pour mes ordonnances, c’est usant! J’ai autre chose à faire et j’ai l’impression que ce bout de papier est purement administratif! J’ai raison, non?

Pas tout à fait…la prescription médicale est synonyme de suivi médical!

Un suivi médical ??‍⚕️, c’est tout d’abord utile pour choisir, en tenant compte de vos préférences, la contraception la plus appropriée par rapport à votre âge, à votre état de santé (hypertension, diabète, obésité, antécédents de thrombose, maladies du cœur,…). Si vous êtes fumeuse, ça compte aussi! Il est donc important de parler de cela avec votre gynécologue qui verra avec vous le choix le plus judicieux pour vous et votre santé.

Un suivi médical pour informer des règles de prise. Une pilule, ça ne se prend pas n’importe comment. Pour certaines d’entre-elles, les heures de prise sont primordiales. Pour d’autres, il est important de respecter l’ordre de la plaquette. L’anneau, c’est une technique à adopter! Et si vous optez pour l’implant ou l’anneau, il faudra aussi en discuter avec le gynéco car ce sont des contraceptions à plus long terme.

Un suivi médical pour informer des risques rares mais graves de thrombose liés à la contraception. Malheureusement, comme pour tout médicament, il y a des effets secondaires. La thrombose en est un mais la prise de poids, la baisse de la libido, les nausées sont aussi des effets négatifs qui peuvent survenir. Rassurez-vous, c’est loin d’être le cas pour chacune d’entre-nous mais le risque est réel et il faut en parler!

Un suivi médical pour détecter d’éventuels effets indésirables liés à la contraception (nausées, douleurs au niveau des seins, saignements gynécologiques pendant le cycle = spotting, maux de tête,…). Votre qualité de vie ne doit pas être diminuée par la prise du contraceptif. Dialoguer régulièrement avec son médecin permet de réagir vite et bien si un de ces effets survient.

Un suivi médical pour faire un bilan biologique (vérifier certains paramètres sanguins comme la glycémie, le taux de cholestérol ou de triglycéride) ou vérifier votre tension artérielle ( un contraceptif peut augmenter la tension artérielle). Un check-up régulier est indispensable, simplement pour vérifier que tout est ok et « sous contrôle » 😉

Un suivi médical pour réaliser un frottis de col. Détecter rapidement la présence de cellules précancéreuses au niveau du col de l’utérus permet d’initier un traitement précoce. On stoppera ainsi le développement du cancer. S’il est dépisté à temps, il est très bien traité : 1 frottis tous les 3 ans éviterait 90% de cancers du col de l’utérus. Ce frottis est conseillé dès les premières relations sexuelles.

Un suivi médical pour réaliser un examen clinique des seins (inspection et palpation) à la recherche d’une anomalie. Les campagnes de sensibilisation, de plus en plus nombreuses, on permit de conscientiser les femmes sur le dépistage du cancer du sein. Grâce à notre visite annuelle (ou tous les 2 ans) chez le gynécologue, on fait d’une pierre deux coups! Après le bas, on inspecte le haut! 😉 Et au moins, on est sûr que tout va bien.

Le pharmacien , de son côté, peut :
* vous (ré-)expliquer le schéma de prise, quel que soit le contraceptif et insister sur une prise rigoureuse qui garantisse l’efficacité optimale
* vous aider en cas d’oubli
* vérifier si vous ne prenez pas de médicaments qui diminuent l’efficacité de votre contraceptif
* être attentif aux effets indésirables que vous pourriez ressentir, aux facteurs de risque
* détecter les situations qui méritent un renvoi chez le médecin

Une ordonnance vous permet aussi de bénéficier du remboursement octroyé par l’INAMI. Votre pilule n’est pas directement remboursée au comptoir? Demandez le formulaire BVAC à votre pharmacien. Vous le remettrez à votre mutuelle. La plupart d’entre-elles assure maintenant un remboursement partiel des contraceptifs.

Dernier point positif : si vous consultez annuellement votre gynécologue (ou tous les 2 ans), vous repartirez avec vos ordonnances pour l’année (ou les 2 ans) à venir…plus de stress donc! La chasse à l’ordonnance n’existe plus pour vous!

En bref, une contraception réussie c’est un suivi régulier par votre gynécologue et des conseils de votre pharmacien